Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juin 2015 2 23 /06 /juin /2015 17:12

Je tiens à remercier tous les militants de notre parti pour leur énergie mise au service de nos valeurs et de notre engagement collectif.

Nous avons beaucoup travaillé et je pense à toutes celles et ceux qui ont porté dans les commissions, dans les instances et sur le terrain, nos valeurs, nos orientations et nos campagnes dans la proximité de nos territoires.

C'est avec ton implication que s'organisent, se rassemblent et se mettent en mouvement les socialistes dans notre Fédération.

Je tiens à remercier chacun d'entre vous parce que vous m'avez aidé à accomplir cette tâche difficile qui est celle de Premier Secrétaire Fédéral.

Je tiens à remercier les socialistes Tarnais pour leur concours à l’activité de la Fédération durant ces deux dernières années et demie.

Elles furent si denses dans le déploiement de nos actions et si décisives pour l’avenir du socialisme dans le département.

Ce ne sont pas moins de 5 élections qui ont jalonné ce court mandat : municipales, intercommunales, européennes, sénatoriales, départementales.

Nous avons tant fait ensemble :

-Une Fédération stabilisée avec des instances réunies régulièrement, des débats nourris et de nombreux votes unanimes sur des orientations de territoire.

-Une communication revitalisée avec des outils performants : un nouveau site internet, un nouveau journal fédéral, une newsletter, une page Facebook et Twitter activées.

-Une coordination des sections sur les enjeux d'actualité, d'organisation et de synergies militantes.

-Un engagement fort dans le combat contre l'extrême-droite avec la diffusion d'argumentaires-riposte, la tenue de réunions et l'organisation de la contre-offensives militantes.

-Un appui politique, stratégique, logistique à nos candidat-e-s lors des élections municipales, européennes, sénatoriales et départementales.

Nous avons su ensemble conduire une stabilisation et une dynamisation de notre parti qui, avec une vingtaine de réunions de direction (Conseil fédéral et Bureau fédéral), n’a jamais autant consulté ses instances fédérales.

Systématiquement décentralisé, le parlement de notre famille politique qui s’est réuni à Graulhet, Castres, Carmaux, Rabastens, Le Séquestre, Saint-Sulpice, Cadalen, Blaye Les Mines et Albi, a été le cœur de nos débats et de nos décisions politiques.

Et de ce point de vue, je tiens à saluer particulièrement les conseillers fédéraux et les membres du Bureau fédéral qui de 2013 à 2015 ont adopté à l’unanimité :

-une motion concernant l’Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013.

-une motion relative à la limitation du cumul des mandats.

-une résolution relative à la demande de rénovation, de renouvellement et de démocratisation de la Fédération du Parti Socialiste du Tarn.

-une motion concernant le désenclavement du sud du Tarn avec la demande de poursuite des aménagements routiers dans le cadre des financements publics et sans péage pour les usagers.

-une proposition de redécoupage des cantons.

-une motion sur la réforme des retraites.

Nous avons su ensemble faire des choix autour de débats politiques sur des enjeux départementaux, régionaux et nationaux.

Nos délibérations collectives souvent unanimes nous ont permis de défendre dans un esprit de responsabilité nos valeurs et nos orientations.

Nous avons su faire vivre notre démocratie interne dans le cadre de l’organisation de nos débats et de nos votes concernant le choix de nos orientations, de nos responsables et de nos candidats.

Nous avons eu à cœur de faire le choix de l’action au service de la rénovation et du rassemblement de la Fédération.

Loin de l’immobilisme qui engourdit, de l’aliénation politique qui entrave et de la dépolitisation des enjeux qui affaiblit et divise, les socialistes Tarnais ont privilégié l’action, la liberté politique et la politisation des débats.

Dans le cours du début de mandat, alors que le P.S et la gauche étaient forts, le choix fut fait de donner la priorité à la rénovation, au renouvellement et à la limitation du cumul des mandats. Nous avons collectivement eu raison de mener à bien cette orientation nécessaire pour notre parti.

Dans le cours de la fin de mandat, alors que le P.S et la gauche étaient faibles, le choix fut fait de donner la priorité au rassemblement afin d’augmenter notre potentiel de victoire lors des élections départementales.

La conquête à nouveau du Conseil départemental du Tarn dans un contexte national et tarnais d’une rare difficulté, constitue une réussite collective que nous devons au choix de Thierry Carcenac de se représenter, à la mobilisation de tous les socialistes, à celle de nos candidats et à la capacité de la Fédération à éviter toute dissidence ou division (entre candidats socialistes et candidats de la majorité départementale) dans 22 cantons sur 23.

Pour la première fois depuis 24 ans, Thierry Carcenac peut s’appuyer sur une majorité absolue composée des seuls socialistes et sympathisants socialistes. Faut-il préciser que sans cette victoire, le socialisme tarnais serait rayé de la carte du département pour les 20 prochaines années… ?

Faire de la politique c’est agir dans un contexte donné et produire des changements spécifiques et adaptés.

Des socialistes peuvent regretter que la limitation du cumul des mandats n’ait pas abouti. Nous assumons qu’elle s’arrête là où commence la construction de notre potentiel de victoire. Surtout, il convient de considérer que nous l’avons fait, nous avons posé un acte de délibération qui engage un changement culturel du point de vue de la rénovation au sein de la Fédération.

Des socialistes peuvent regretter que la limitation du cumul des mandats ait été portée au sein de la Fédération au risque de notre affaiblissement aux élections départementales. La preuve a été faite que non. Nous avons su créer les conditions du rassemblement et de la mobilisation au moment attendu.

Nous conviendrons ensemble que le fait de conduire en deux ans la rénovation qui implique des choix de renouvellement de personnes puis ensuite le rassemblement qui impose de conforter de nombreux sortants dans la perspective d’augmenter notre potentiel de victoire, est pour certains difficile à suivre…

Mais en politique les circonstances et les valeurs commandent. Ce qui importe c’est que des objectifs de rénovation interne et de mobilisation pour construire des victoires électorales sont à poursuivre.

C’est une conception de l’engagement en politique qui est ici en jeu.

A quoi peut bien servir une responsabilité politique si celle-ci ne permet pas de produire du changement ? A quoi bon s’engager si c’est pour le faire sans courage ni loyauté ?

Nous sommes aujourd'hui touchés par un effet ciseau : d'un côté les résultats économiques et sociaux tardent à se profiler et d'un autre côté, la gauche a pris un retard dans la bataille idéologique.

C'est la raison pour laquelle nous devons accélérer et optimiser notre engagement collectif.

D'immenses défis sont devant nous. Ils exigent de se rassembler et de se mobiliser mais aussi d'ajuster notre organisation à la nouvelle période.

La rénovation organisationnelle de notre parti s’inscrit dans la poursuite de la feuille de route engagée par le Premier Secrétaire et dont les états généraux ont constitué la première étape.

L’enjeu consiste dès à présent à repenser l’organisation du Parti Socialiste pour mener et gagner la bataille culturelle et politique.

C’est mettre le Parti Socialiste en phase avec son temps politique, médiatique et technologique.

(Re)conquérir c’est construire un parti ouvert aux citoyens, à tous les citoyens et qui sait aussi les associer et les solliciter pleinement dans son fonctionnement.

Un parti ayant au cœur les militants en donnantles moyens à chacun de prendre la place qu’il souhaite dans cet enjeu de (re)conquête, en fonction de ses centres d’intérêts, du temps qu’il souhaite y consacrer.

La parole des militants s’exprime pour définir les orientations du Parti Socialiste et pour choisir les candidat-e-s aux différentes élections.

Elle doit être renforcée en créant les conditions participatives de nos débats et de nos décisions en conformité avec les attentes de nos concitoyens.

Nous avons à construire une stratégie collective pour être utiles.

Les modes de participation dans la société ont très fortement évolué.

Aussi, il est important que l'on installe de nouvelles formules de débats démocratiques au sein de la Fédération.

Nous avons la responsabilité aujourd’hui d’ajouter à la stabilité acquise de la Fédération, son ouverture citoyenne et son développement.

C'est tout l'enjeu du temps des conquêtes qui s'ouvre. Nous devons nous hisser à la hauteur de nos responsabilités et relever les défis qui nous attendent concrètement.

Je sais que les socialistes Tarnais sauront ensemble les relever.

Samuel CEBE

Partager cet article

Repost 0
Published by Samuel CEBE
commenter cet article

commentaires