Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 septembre 2015 4 17 /09 /septembre /2015 10:10

Un "vrai citoyen..." L'expression, au-delà de la destination de sens manifestement convenue (non-élu, non-partisan, non-encarté) appelle à une réflexion.

1- Le qualificatif de "vrai" accolé à la notion de citoyen sous-entend que, sans autre forme de procès, cette qualité relèverait d'un état d'être plutôt que d'un inventaire des actes. On serait donc un "vrai citoyen" ou bien on ne serait pas un "vrai citoyen". On est dans l'ontologique, le prédestiné et le déresponsabilisant, presque le biologique. Exit la rationalité, l'existentialisme, le changement, la méritocratie, voici venu le temps des évidentes révélations et des caractérisations définitives qui naturellement s'imposent à la raison.

2- S'il est question de "vrai" citoyen c'est, selon une déduction facile, que l'on tient à insister sur le fait que certains citoyens seraient donc de "faux" citoyens. Mais qui diable seraient alors ces "faux citoyens" sinon ceux-là même qui n'entrent pas dans la typologie chimiquement pure du "non-élu", "non-partisan", "non-encarté" et seraient ainsi en opposition avec "l'état d'être" (et non pas les états de service) de M. Serge Loubet ?
Les "vrais citoyens" seraient donc imperméables à l'inscription dans un relais démocratique à vocation politique et partisane, vierges ou repentis de toute responsabilité élective et plutôt investis dans une activité professionnelle éloignée de toute vie urbaine et en prise avec les métiers de la "vraie vie" (la terre ne ment pas, elle...).

3- Les "vrais citoyens" seraient surtout nécessairement des personnes qui ne font pas de politique. Être militant politique serait en effet le plus sûr moyen d'être complice de ces politiques qui, comme chacun le sait, sont membres d'une classe sociale qui, dotée d'une conscience de classe, défend ses intérêts contre l'autre classe sociale qui elle est composée des "vrais citoyens". Et la double appartenance me direz-vous ("vrais citoyens" / politiques) ? Rare, suspecte, impure !
Par ailleurs, les militants politiques, en proie aux affres de la phénoménologie, seraient sous l'emprise d'une subjectivité indépassable alors que les "vrais citoyens" seraient eux dotés de cette souveraine objectivité en toute chose - empruntée aux dieux - qui permettrait à leur jugement d'être à la fois juste, pertinent et conséquent.

4- Ces "citoyens" qui se voient ainsi adjoindre l'avantageux préfixe de "vrai", se trouvent en réalité dans la station de correspondance entre la classe des "citoyens" et celle des "politiques" plus tout à fait citoyens, pas encore politiques. Et comme "les classes" sont bien gardées (par l'individualisme, le populisme, la concurrence libre et non faussée) il fallait bien concevoir une appellation alternative.

Les "vrais citoyens" se révèlent ainsi comme les "objets kitsch" chers à Milan Kundéra : "dans la station de correspondance entre l'être et l'oubli".

http://france3-regions.blog.francetvinfo.fr/midi-pyrenees-politiques-france3/2015/09/15/aude-un-vrai-citoyen-sur-la-liste-citoyens-du-midi-de-philippe-saurel.html

Partager cet article

Repost 0
Published by Samuel CEBE
commenter cet article

commentaires