Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 juin 2011 3 22 /06 /juin /2011 10:28

  

8991985-billets-de-100--voler-dans-un-tourbillon-de-vert-av.jpg

32, 5 Millions d’€ à verser à la Lyonnaise des eaux.

M. Bugis : « Non rien de rien, je ne regrette rien… »

 

Une semaine après la condamnation de la ville à payer 32, 5 millions d'€ (avec les intérêts) à la Lyonnaise des eaux suite à la rupture du contrat en 2004, M. Bugis affirme sans rire que « la décision de rompre le contrat était la bonne… »

 

Je n’ose imaginer la qualification qui aurait été la sienne dans le cas d’une condamnation à payer 15 Millions d’€… Une victoire comparable à celle de la bataille d’Austerlitz !

 

Or, la réalité est que la ville de Castres a moins de 2 mois pour verser 32, 5 Millions d’€ à la Lyonnaise des eaux…

Et de ce point de vue, les contorsions en justification les plus imaginatives ne suffiront pas à éclipser la nature et le montant du préjudice.

 

Je le redis aujourd’hui : la décision de rompre le contrat était suicidaire.

 

Le prédécesseur de M. Bugis avait adopté une stratégie équilibrée qui consistait à ne pas se satisfaire des tarifs de l’eau en vigueur tout en évitant d’insulter l’avenir par la voie du contentieux aussi inédit que périlleux pour la ville.

C’était le choix de la renégociation plutôt que de la rupture du contrat.

 

En faisant délibérément ce 2ème choix, M. Bugis a placé la ville de Castres sous une épée de Damoclès et sur le tapis vert d’une partie de poker dont l’enjeu était simple : c’était tout ou rien… On sait aujourd’hui ce qu’il en est : c’est rien…

 

Cette décision inédite en son genre sur le plan national qui consiste à provoquer la rupture d’un contrat avec le géant de la gestion de l’eau, est d’une irresponsabilité et d’une inconséquence sans nom !  

 

images-copie-4.jpg

 

Et contrairement à certains, je n’ai pas, par le vote, rendu possible l’unanimité qui s’est exprimée en 2004 (je n'étais alors pas conseiller municipal) en faveur de la rupture du contrat et de la mise en place d'une régie municipale de la gestion de l'eau et de l'assainissement.

 

Ceci étant dit, l’annonce par M. Bugis de la réunion publique du lundi 27 juin à 20h30 à la salle Gérard Philipe sonne comme une volonté de sa part de mener une campagne autour de la justification de son bon choix…

 

Alors que nous sommes loin, très loin du compte !

Et que l’urgence est à la nécessaire clarification et à la recherche de solutions de gestion.

 

Et de ce point de vue, le conseil municipal du mardi 28 juin prochain ne semble pas rompre avec l’opacité de gestion et les décisions solitaires du Maire.

 

Je reviendrai ces jours-ci sur la délibération relative à une aide exceptionnelle de 14 635 105, 65 € à la régie castraise de l’eau présentée hier soir lors de la commission des finances…

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

karaer hafiza 22/06/2011 22:51


il ne doute réellement de rien, même les erreurs les plus conséquentes pour la ville n'ont pour lui que peu d'importance, cela en devient affligeant...


Samuel CEBE 24/06/2011 09:33



C'est clair ! C'est l'orchestre qui continue de jouer alors que le Titanic est en train de couler...