Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 février 2012 1 27 /02 /février /2012 13:18

 

 Battle_of_Gaugamela.jpg

 

 

Nicolas SARKOZY poursuit une stratégie fondée sur l’étirement de l’échiquier politique, l’élargissement de son socle avec pour base la combinaison de la droite nationale et de la droite dite « populaire » et enfin, la tentative de division du camp de François HOLLANDE.

 

Avec comme tactique la fameuse triangulation et la recherche de l’hégémonie culturelle… Et comme objectif, la pôle position au 1er tour de l’élection présidentielle.

 

En faisant une échappée sur le flanc de l’extrême droite, il a réalisé un étirement de l’échiquier politique.

 

Puis, en laissant ses frondeurs occuper cet espace, il a effectué un revirement vers le « centre » de « la demande » et s’est positionné en Président protecteur, populaire et rassembleur.

Tout en cherchant le duel avec le favori des sondages. (Cela n'est pas sans rappeler, par transposition, la stratégie d'une certaine bataille militaire dont je tairai le nom...).

 

Dans le même temps, le Président sortant tente d’occuper le terrain social en n’hésitant pas d’une part à promettre des réformes inconséquentes et en recherchant d’autre part l’affaiblissement de François HOLLANDE en agissant directement pour libérer un espace à sa gauche pour le bénéfice de Jean-Luc MELENCHON (notamment en caricaturant le discours prononcé à la City de Londres…).

 

Avec comme base de travail le dédoublement de personnalités avec les codes vestimentaires appropriés (pour une question de lisibilité de la communication) : le Président en costume-cravate, le candidat en sous-pull… Afin « d’agir » (c'est-à-dire se montrer) plus.

En arborant une attitude qui poursuit un objectif de transformation radicale d’image autour des « notions » de proximité avec le peuple, de l’usage de la lenteur et de l'humilité… On aura compris qu’il s’agit de mise en scène…

 

Le tout sur un fond de stratégie de communication émotionnelle : lorsque le jugement rationnel des français devient manifestement un problème, il reste l’émotion…

Donc, « idées uniformelles » hebdomadaires et acte de fausse contrition / au Fouquet’s…

 

Ceci étant dit, si Nicolas SARKOZY est second le 22 avril prochain, il aura perdu l’élection présidentielle.

Il est en quelque sorte condamné à être en tête du 1er tour. François HOLLANDE, s’il est 1er le 22 avril, aura très certainement gagné l’élection présidentielle. Et s’il est second, il ne l’aura pas perdu pour autant.

Alors tant que nous y sommes, donnons tout pour le 1er tour bien évidemment…

Partager cet article

Repost0

commentaires