Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 avril 2011 3 27 /04 /avril /2011 09:57

 

imagesCA4O60TN.jpg

L'Observatoire des inégalités revient sur un enjeu de taille posé aux départements, celui de la réduction des inégalités.


"Leurs pouvoirs leur confèrent d'importants leviers pour contribuer à réduire les inégalités sociales notamment auprès des personnes âgées ou des familles les plus démunies", rappelle ainsi l'Observatoire dans une analyse publiée le 15 mars.

 

 

Lien fort avec les populations les moins favorisées :

 

En 2008, les départements ont dépensé 65 milliards d'euros, ce qui représente 5 % du total des dépenses publiques.

 

Leurs marges de manœuvre sont cependant réduites, relève l'Observatoire puisque la majorité des dépenses d’action sociale notamment sont déterminées au niveau national.

 

Néanmoins, "les attributions des conseils généraux leur confèrent un lien fort avec les populations les moins favorisées".

 

La majorité des dépenses départementales (30 milliards d'euros) est ainsi consacrée à l'action sociale et à la santé.

 

 

"Certes, les départements servent d'abord de guichet de redistribution de prestations sociales à l'Etat. Mais, ce faisant, ces collectivités sont placées au cœur des questions sociales, et constituent un relai essentiel auprès des populations les plus en difficulté".

 

Le Nord et l’extrême sud plus touchés par la pauvreté :

 

 

Selon l’Observatoire, le taux de pauvreté varie en France de 4 % à près de 13 % d'un département à l'autre. "La pauvreté touche plus particulièrement les départements du nord et ceux de l’extrême sud de la France : on y compte entre 10 % et 13 % de pauvres", rapporte l'Observatoire.

 

Trois départements en particulier se situent largement au dessus de la moyenne nationale de 7,1 % : la Seine-Saint-Denis (12,8 %), le Pas-de-Calais (10 %), et les Bouches-du-Rhône (9,7 %). "Cette situation résulte d'une part des fortes restructurations économiques subies par ces territoires, mais aussi d'une forte présence immigrée".


A l'inverse, les Yvelines, la Vendée, et la Savoie sont les départements où la pauvreté est la moins forte en moyenne avec des taux respectifs de 3,9 %, 4,8 % et 4,9 %.

 

En fonction des territoires, la pauvreté prend des profils différents : plus urbaine dans le Nord, elle est plus marquée dans les zones rurales de l'Aveyron, de la Lozère, du Cantal, de la Creuse ou du Gers, des territoires où elle touche par ailleurs plus souvent les personnes âgées.

 

Les départements "les moins inégalitaires en termes de revenus" sont la Mayenne, la Vendée et la Haute-Saône, qui affichent un revenu médian mensuel d'environ 1 400 euros et des écarts variant de 1 835 à 1 901 euros.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Samuel CEBE - dans République
commenter cet article

commentaires