Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 septembre 2011 5 09 /09 /septembre /2011 10:17

 imagesCAWOH6W9.jpg

Les primaires.

 

Une « procédure » conçue pour répondre à un impératif de démocratie politique, à une exigence de participation citoyenne et à une volonté d’efficacité stratégique dans le cadre de la préparation de la gauche socialiste à l’élection présidentielle de 2012.

 

En ce qui concerne les 2 premiers objectifs, ils semblent atteints.

 

 imagesCA0SQCVK.jpg

 

Au sens littéral du terme, le P.S est exemplaire en matière de démocratie politique.

C'est-à-dire que son type de désignation est théoriquement de nature à donner une préfiguration de la démocratie qu’il mettra en œuvre pour la République une fois aux responsabilités de l’Etat.

 

Ce faisant, il exprime son attachement à la valeur démocratie en montrant l’exemple. Les socialistes disent ainsi : « nous sommes des démocrates, la preuve. »

 

Au milieu des années 90, la rénovation jospinienne avait déjà permis l’usage systématique du suffrage universel pour choisir des orientations politiques et désigner des responsables et des candidat-e-s socialistes.

 

imagesCA43BYCC.jpg

 

Le corps électoral convoqué pour s’exprimer par le vote était alors celui des adhérents du P.S transformés dès lors en « super citoyens » qui choisissent en amont une partie de l’offre politique proposée le moment venu à « l’électeur final. »

 

Aujourd’hui, le P.S a élargi sa procédure démocratique en recherchant une exigence de participation citoyenne. C’est tout le sens des primaires : permettre aux citoyens de gauche d’être acteurs du choix de désignation du candidat-e- socialiste à l’élection présidentielle.

 

Ce qui permet de développer la démocratie participative dans la gauche française.

 

 

350px-Candidats_aux_primaires_citoyennes.png

 

En ce qui concerne l’efficacité stratégique d’une telle « procédure » en vue de la préparation de la gauche socialiste à l’élection présidentielle de 2012, les doutes sont permis…

 

Et ce pour plusieurs raisons :

 

1- Le non-parallélisme des formes de désignation entre la gauche et la droite est de nature à montrer une gauche divisée et une droite unie…

2- La primaire socialiste installe l’idée que le-la candidat-e- qui sera finalement choisi est loin de rassembler tous les siens…

3- La « concurrence libre et non-faussée » entre 6 candidat-e-s à la candidature, produit des divisions qui laisseront des traces dans l’opinion et seront susceptibles d’être réinvesties par la droite le moment venu…

4- Le débat durable dans la galaxie socialiste devant les français, déplace les enjeux du rapport gauche-droite et permet à Sarkozy de s’économiser, de s’armer et de se placer au-dessus de la mêlée…

 

imagesCA3DGEM0-copie-1.jpg

 

Ce qui renvoie à une réflexion plus fondamentale : peut-on réaliser « la démocratie jusqu’au bout » pour le P.S en vue de nous qualifier pour la rendre possible pour la France ?

 

En clair, parviendra t’on à « abolir » la Vème République en se passant, dans le temps entier de la campagne relative à son élection structurante, de ses règles du jeu ?

 

L’Histoire le dira…

Partager cet article

Repost0

commentaires