Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 décembre 2011 5 09 /12 /décembre /2011 12:00

 

imagesCAQDT1UX.jpg

Une troisième fois ou bien une troisième voie ? Qu’importe, pourvu qu’il y ait l’ivresse !

 

Ca y est, c’est fait : François BAYROU a officialisé sa candidature à l’élection présidentielle…

 

De quel type de « sur-moi » faut-il bien être le locataire pour arborer ainsi une certitude empruntée à la nonchalance, à la faveur de la seule répétition d’un mouvement unipersonnel qui voudrait se confondre avec l’affirmation d’un destin taillé pour le service du plus grand nombre ?

 

Mais quoi ? Quelles sont bien les raisons qui pourraient contre-faire la providence quand celle-ci s’est ainsi choisie un « élu » ?

S’il en est une, c’est bien la raison de l’Histoire, celle qui forge la nature immémorielle de la France.

 

François BAYROU en est persuadé. Il a en a eu la révélation du croyant. Celle qui s’impose à la raison… La raison même qui ouvre pourtant tous les possibles pour les hommes qui désirent ardemment s’inscrire dans le souvenir marbré de nos suivants…

Il croit en son destin propre comme celui qui a été appelé par une force qui le dépasse.

 

Il n’est qu’à tenter l’expérience, dites : « Loulou », il vous répondra assurément et dans la seconde qui suit, par un : « Oui, c’est moi ».

 

Mais trêve de flagornerie ! On ne badine pas avec BAYROU.

L’annonce de sa candidature a été faite dans une épure et un minimalisme qui n’auraient rien à envier ni aux jansénistes, ni aux plus calvinistes des protestants…

 

C’est dans un espace dédié au recueillement solitaire, à l’éthique de responsabilité convaincue d’elle-même et à l’absence revendiquée de fioritures qui eurent sinon, été la marque de sa culpabilité originelle, qu’il s’est présenté,… dans son plus simple appareil. Je veux dire, en l’absence d’appareil véritable, de soutiens en nombre (…) et de ferveur populaire…

 

« En homme libre ». Il est vrai que François BAYROU n’a pas aujourd’hui à subir beaucoup d’entraves humaines à l’accomplissement de ses projets personnels : ses avants derniers soutiens l’ayant abandonné en rase campagne…

 

Le voilà donc titulaire d’un brevet de « liberté ». Vous savez, cette liberté politique dont s’affublent ceux qui n’ont plus aucune influence sur le monde qui va… Sans eux…

 

Ils se meuvent ainsi librement dans une digne apesanteur, bien au-delà de l’atmosphère terrestre pétrie de son enveloppe gazeuse qui pèse si lourdement sur la terre…

 

François BAYROU, en homme libre de toute attache, prêche en vérité : « Je ne ferai pas de promesses, agréables avant les élections, désastreuses après parce qu’on ne les tiendra jamais. Je ne raconterai pas d’histoires. »

 

Et comment ! Comment ne pas le croire sur parole ? Cet homme disposé à porter « l’écharpe blanche » tel qu’il l’écrivit dans un ouvrage. Ouvrage qu’il présenta d’ailleurs dans un temple protestant, voici quelques années, non loin de Ferrières, où j’eus le loisirs de le rencontrer, au château de mon oncle…

 

Le choix du lieu, conforme à l’objet de son livre, était certainement tout aussi conforme à l’esprit qui l’habite : celui d’un engagement politique qui cherche à se confondre avec la dimension de l’éthique et de la morale.

 

Il y a sans doute chez notre Loulou, du David HUME, ce philosophe empiriste écossais ayant notamment publié : « Recherche sur les principes de la morale ».

 

Comment ne pas le croire donc quand il nous fait la promesse de ne faire aucune promesse ? Quand il nous assure qu'il ne raconte pas d'histoire ni surtout la sienne ? Quand il indique qu'il ne dira rien qu'il ne tiendra pas ensuite, vous savez, après les élections, au moment où son engagement prend fin...

 

Et pour cause, la possibilité de son élection à la présidence de la République, ne semble pas prévue. Ni par lui, ni par nous…

 

Prochainement, la suite de l'article...

Partager cet article

Repost0

commentaires