Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 11:31

  imagesCAJCJLV3-copie-1.jpg 

Les diseurs de bonne aventure auraient-ils trouvé, en la personne de Nicolas SARKOZY, un éminent représentant ?

 

Sans aucun doute mais en langage « techno-parade », on dit storytelling !

 

Dans l’usage du bréviaire « connecting people » (Wikipédia), on peut ainsi lire :

 

« Le storytelling est l'application de procédés narratifs dans la technique de communication pour renforcer l'adhésion du public au fond du discours. On le trouve parfois traduit en français par communication narrative. C’est une méthode en développement dans les domaines de la stratégie, du marketing et de la communication, de la direction et de la connaissance de la gestion d'entreprise.

Le storytelling consiste à essayer de faire émerger au sein des organisations ou du public une ou plusieurs histoires à fort pouvoir de séduction et de conviction. Ces histoires, qui peuvent être réduites à des anecdotes ou étendues à des discours entiers, servent de vecteurs pour faire passer des messages plus complexes, qui sont ainsi transmis avec plus d’efficacité, selon le principe que pour parler à la tête, il faut souvent d’abord toucher le cœur.  Autrement dit passer par l’émotion pour atteindre la raison. 

 

 

 imagesCATTAGFQ.jpg 

 

Selon Steve DENNING qui a théorisé le storytelling en communication aux États-Unis et qui en est le représentant le plus connu, on se fondait traditionnellement sur une trilogie « reconnaissance d’un problème / analyse / préconisation d’une solution ». Cette façon de voir a désormais atteint ses limites avec le public moderne, souvent très blasé par la communication classique.

Le storytelling lui substitue une nouvelle trilogie : « capter l’attention / stimuler le désir de changement / et (dans un dernier temps seulement), emporter la conviction par l’utilisation d’arguments raisonnés ». L’utilisation d’histoires et de formules symboliques (équivalentes au « il était une fois » des contes pour enfants) à chacune des trois étapes permet au public de mettre provisoirement de côté son cynisme et de garder un esprit ouvert au message transmis. »

 

imagesCAVO3D60.jpg

 

Voi-là… Et à l’écoute du candidat-sortant, que d’émotions me direz-vous !

Mel GIBSON et Patrick BRUEL n’ont qu’à bien se tenir ! Ils ont de la concurrence…

 

Sur le mode du « Je » sarkozien, Tout y est passé…

 

Qu’on se le dise : « Nicolas » est humble, proche du peuple, sans certitudes, engagé pour le seul impératif supérieur qui consiste à sauver la France du gouffre et a autre chose dans sa vie que la politique…

Ca c’est pour les différents épisodes.

  

imagesCAALWUXS.jpg

 

Mais nous avons aussi les meilleurs moments :

 

-Etre candidat, j’y ai beaucoup réfléchi et finalement j’ai choisi de l’être…

-Par rapport au Fouquet’s, on ne m’y reprendra plus: "Cette fois-ci, j'ai une famille, une famille solide, et je sais où je pourrai la fêter cette victoire : avec ceux que j'aime, avec ma femme et mes enfants et peut-être avec quelques amis".

-Je n’aurais pas dû" répondre par la "fameuse phrase" "Casse-toi pauv'con" à celui qui m’avait apostrophé lors du salon de l'agriculture en 2008. "J'ai fait une erreur"…

-Etre Président, c’est dur, mais je prends sur moi… Et sur ma famille…

-Si je perds, j’arrête la politique…

-Nous sommes des gens modestes (dixit Mme SARKOZY).

-J’ai peur qu’il (Nicolas) meure (dixit Mme SARKOZY).

 

C’est parce que nous aussi, nous avons cette même peur qui nous tenaille everyday and everynight, que nous voulons que Nicolas SARKOZY soit alive everywhere but not at the Elysée !

Partager cet article

Repost 0
Published by Samuel CEBE
commenter cet article

commentaires