Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 septembre 2012 2 11 /09 /septembre /2012 15:29

 

580039_313232628766871_1069969285_n.jpg  

La réunion du Conseil national de synthèse doit vraisemblablement consacrer ce mercredi l’unité du Parti Socialiste.

 

Jean-Marc Ayrault et Martine Aubry ont en effet présenté, en juillet, une contribution commune "pour accompagner et soutenir le gouvernement", qui a vocation à se transformer en motion sinon unanime - comme au congrès de Valence (octobre 1981) et à celui de Lille (avril 1987), rassemblant l’ensemble des courants politiques - tout du moins largement majoritaire.

 

Ce temps de l’unité des socialistes est donc le 3ème depuis 30 ans. Il se manifeste à chaque fois pour répondre à une situation à la fois importante, difficile et urgente.

 

Cette impérieuse exigence se révèle lorsque l’essentiel est en jeu. C’est le cas aujourd’hui.

François HOLLANDE a découvert une ardoise salée, résultat de 10 ans d’une gouvernance de la droite qui s’est très largement conjuguée au passif.

Le passif des finances publiques comme de la situation sociale dans notre pays.

En ce sens, le gouvernement de Jean-Marc AYRAULT, engagé dans son action de transformation sociale, doit pouvoir compter sur le Parti Socialiste. Sur sa force, sur son unité et sur sa mobilisation. Sur chacune et sur chacun d’entre nous.

 

Si nous n’accompagnons et ne soutenons pas les socialistes qui sont aux responsabilités, qui le fera ?

Si nous ne relayons pas auprès d’eux les inquiétudes, les attentes et les exigences de nos concitoyens, qui le fera ?

photo-copie-9.jpg

Nous avons gagné dans les urnes, il reste désormais à réaliser le progrès dans les actes de la loi afin d’apporter les changements attendus par une majorité de Français.

De la même manière, nous ne pouvons faire l’économie de la bataille culturelle. La droite depuis 10 ans, n’a eu de cesse de faire progresser ses thématiques dans l’opinion : la dévalorisation du travail, la mise en cause des acteurs éducatifs, la relativisation de la laïcité, le repli sur l’identité nationale, le différentialisme culturel,…

 

De ce point de vue, il nous appartient dès à présent de mener les campagnes d’opinion qui s’imposent afin d’affirmer nos valeurs et de proposer nos orientations. En faveur de la valeur travail, de la justice fiscale, de la laïcité garante de la coexistence de tous les absolus (philosophiques, politiques, religieux), de la « social-écologie », du « juste échange », d’une Europe mieux intégrée et plus forte, de la porosité culturelle,…

 

Et c’est dans notre département que nous avons chacune et chacun à dimensionner notre effort. Parce que c’est bien là que nous avons de la prise politique. Sur notre territoire. Là où nous sommes des acteurs.

 

(...)

 

C’est ce qui nous a déjà engagés. C’est ce qui nous engage dans le temps qui vient. C’est ce qui engage notre liberté et notre courage.

Partager cet article

Repost0

commentaires