Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 septembre 2011 3 14 /09 /septembre /2011 10:22

755030-francois-hollande-diapo-1.jpg

  

Le mot de bienvenue de François HOLLANDE sur son site internet :

 

« Cher-e internaute, Cher-e ami-e, Cher-e camarade,

 

Le 31 mars dernier, j’ai décidé de présenter ma candidature à l’élection présidentielle à travers la primaire du parti socialiste. Je souhaite partager avec vous quelques moments forts du parcours qui ont fait de moi ce que je suis.

 

Je suis né à Rouen en 1954 et lorsqu’à 10 ans j’ai découvert la politique par la télévision, il n’y avait encore qu’une seule chaîne. A cette époque, les Français s’interrompaient pour regarder le général De Gaulle, dont les gestes menaçaient à chaque instant de sortir du cadre, et découvraient un jeune parlementaire au talent prometteur, François Mitterrand.

 

Mon père était médecin et ma mère assistante sociale. D’eux, j’ai appris l’attention que l’on doit porter aux autres.

 

A l’Institut d’études politiques de Paris, j’ai découvert la passion de l’engagement militant dans le syndicalisme étudiant.

 

Jeune homme de gauche, j’avais envie d’être utile au camp que j’identifiais comme celui de la justice, du progrès, de l’innovation et de la liberté. Je nourrissais l’ambition à travers mes études - d’abord économiques à HEC, puis à l’ENA – de mettre mes compétences au service d’une gauche tenue à l’écart du pouvoir depuis 1958.

 

C’est tout naturellement que j’ai rejoint le parti socialiste en 1979. Repéré par Jacques Attali, je rédigeais des notes économiques pour celui qui allait devenir, deux ans plus tard, le premier président socialiste sous la Vème République.

 

De 1981, je conserve deux souvenirs : celui d’une magnifique victoire, celle du 10 mai, et celle d’une défaite, la mienne, aux législatives qui ont suivi, à Ussel en Corrèze, face à Jacques Chirac. J’avais 27 ans et j’ai appris la leçon.

 

La politique exige humilité et ténacité. J’ai tenu bon. Je suis devenu président de ce département au terme de longs efforts. Dans cette région rude et généreuse la confiance se mérite.

Il y a toujours à apprendre d’une apostrophe sur le marché de Tulle.

 

Comment agir, animer, conduire un pays dont on ne reconnaîtrait pas la diversité ?
Comment être le président des Français sans les aimer, sans connaître leur histoire, sans entendre la respiration profonde du pays ?

J’ai rejoint l’Elysée en 1981, puis dirigé le cabinet de Max Gallo dans le gouvernement de Pierre Mauroy.

Je suis socialiste. Depuis toujours. Je n’ai jamais aimé les batailles de courants et n’en ai jamais constitué moi-même. On me décrit comme un inlassable chercheur de synthèses. Je ne m’en défends pas.

 

Aujourd’hui, le mot est connoté, on lui préfère celui d'unanimité. L’essentiel, c’est que le sens demeure.

Les socialistes ne sont forts que s’ils sont unis, la gauche n’est victorieuse que si elle accepte de prendre la meilleure part de chacune de ses composantes.

 

C’est cette règle que j'ai appliquée lorsque je suis devenu Premier secrétaire en 1997. J’ai été associé par Lionel Jospin à toutes les décisions de la gauche plurielle. Chaque semaine, nous nous sommes rencontrés pour les grands arbitrages.

Nous avons ouvert de nouveaux droits, fait reculer le chômage, consolidé la croissance. Tout n'a pas été parfait, nous n’avons pas toujours su nous faire comprendre. La défaite du 21 avril 2002 a été cruelle.

 

Il a ensuite fallu reconstruire. Tenir la barre. Je m’y suis attelé avec mes amis. Au moment où tous les regards se tournaient vers la « troisième voie » de Tony Blair ou Gerhard Schröder, j’ai défendu l’originalité des socialistes français.

Lorsque la tentation du repli protestataire gagnait les esprits, j’ai maintenu le cap. J’aime à penser que c’est grâce à ce travail qu’en 2004, la gauche a remporté 20 des 22 régions de métropole et la Guadeloupe ; grâce à cette rénovation qu’une majorité de départements a, la même année, basculé dans le camp de la gauche ; grâce à notre remobilisation que le PS a connu son meilleur score lors d’élections européennes.


Et lorsque le PS s’est déchiré en 2005, j’ai maintenu l’unité sans laquelle toute espérance d’une victoire en 2007 se serait définitivement évanouie.

 

 

Ségolène Royal a été désignée pour nous représenter.

J’ai accompagné sa campagne comme Premier secrétaire.

En 2008 nous avons gagné les élections municipales.

Le parti socialiste s’est ensuite déchiré au congrès de Reims.. Puis est venu le temps de la réconciliation.

 

Pour ma part, après avoir si souvent porté la parole collective, j’ai voulu faire entendre une parole singulière. J’ai travaillé, rencontré, écouté. De ces échanges, j’ai tiré l’énergie d’une candidature et l’intuition des priorités à mettre en œuvre.

 

Une majorité de Français attend maintenant le changement.


Je veux porter avec eux, avec vous, mon projet pour la France. »

 

François Hollande

Partager cet article

Repost0
13 septembre 2011 2 13 /09 /septembre /2011 11:43

 

1545333_3_a609_francois-hollande-le-2-juillet-a-barbaira.jpg

Alors que la campagne des primaires bat son plein, la candidature de François HOLLANDE rencontre un écho qui est chaque jour plus important auprès des français.

 

Il vient de loin, il s’exprime de près.

 

Il est assurément le candidat qui réussit le mieux la synthèse féconde et productive entre la 1ère et la 2ème gauche, entre François MITTERRAND et Lionel JOSPIN.

 

Entre l’homme du grand rassemblement et celui du réformisme conséquent. François HOLLANDE crée un mouvement qui ne cesse de grandir.

 

Il appartient à chacun-e- de contribuer à le porter… Tous ensemble !

 

imagesCAY3Z173.jpg

 

Partager cet article

Repost0
9 septembre 2011 5 09 /09 /septembre /2011 10:17

 imagesCAWOH6W9.jpg

Les primaires.

 

Une « procédure » conçue pour répondre à un impératif de démocratie politique, à une exigence de participation citoyenne et à une volonté d’efficacité stratégique dans le cadre de la préparation de la gauche socialiste à l’élection présidentielle de 2012.

 

En ce qui concerne les 2 premiers objectifs, ils semblent atteints.

 

 imagesCA0SQCVK.jpg

 

Au sens littéral du terme, le P.S est exemplaire en matière de démocratie politique.

C'est-à-dire que son type de désignation est théoriquement de nature à donner une préfiguration de la démocratie qu’il mettra en œuvre pour la République une fois aux responsabilités de l’Etat.

 

Ce faisant, il exprime son attachement à la valeur démocratie en montrant l’exemple. Les socialistes disent ainsi : « nous sommes des démocrates, la preuve. »

 

Au milieu des années 90, la rénovation jospinienne avait déjà permis l’usage systématique du suffrage universel pour choisir des orientations politiques et désigner des responsables et des candidat-e-s socialistes.

 

imagesCA43BYCC.jpg

 

Le corps électoral convoqué pour s’exprimer par le vote était alors celui des adhérents du P.S transformés dès lors en « super citoyens » qui choisissent en amont une partie de l’offre politique proposée le moment venu à « l’électeur final. »

 

Aujourd’hui, le P.S a élargi sa procédure démocratique en recherchant une exigence de participation citoyenne. C’est tout le sens des primaires : permettre aux citoyens de gauche d’être acteurs du choix de désignation du candidat-e- socialiste à l’élection présidentielle.

 

Ce qui permet de développer la démocratie participative dans la gauche française.

 

 

350px-Candidats_aux_primaires_citoyennes.png

 

En ce qui concerne l’efficacité stratégique d’une telle « procédure » en vue de la préparation de la gauche socialiste à l’élection présidentielle de 2012, les doutes sont permis…

 

Et ce pour plusieurs raisons :

 

1- Le non-parallélisme des formes de désignation entre la gauche et la droite est de nature à montrer une gauche divisée et une droite unie…

2- La primaire socialiste installe l’idée que le-la candidat-e- qui sera finalement choisi est loin de rassembler tous les siens…

3- La « concurrence libre et non-faussée » entre 6 candidat-e-s à la candidature, produit des divisions qui laisseront des traces dans l’opinion et seront susceptibles d’être réinvesties par la droite le moment venu…

4- Le débat durable dans la galaxie socialiste devant les français, déplace les enjeux du rapport gauche-droite et permet à Sarkozy de s’économiser, de s’armer et de se placer au-dessus de la mêlée…

 

imagesCA3DGEM0-copie-1.jpg

 

Ce qui renvoie à une réflexion plus fondamentale : peut-on réaliser « la démocratie jusqu’au bout » pour le P.S en vue de nous qualifier pour la rendre possible pour la France ?

 

En clair, parviendra t’on à « abolir » la Vème République en se passant, dans le temps entier de la campagne relative à son élection structurante, de ses règles du jeu ?

 

L’Histoire le dira…

Partager cet article

Repost0
8 septembre 2011 4 08 /09 /septembre /2011 11:44

photo-copie-5.jpg

Inscriptions sur un mur de Louxor.

 

"Give me liberty or give me death !"

 

 

photo-copie-6.jpg

Inscriptions sur un mur du Caire, place Tahrir.

 

 

photo-copie-7.jpg

L’armée au Caire, place Tahrir.

 

  

photo-copie-8.jpg

 

2 dromadaires et 1 bédouin devant 2 triangles isocèles…

 

 

 

photo-copie-9.jpg

 

Un ami égyptien dans la Cité des morts, au Caire.

 

 

 

photo-copie-10.jpg

 

 

L'un des bas reliefs du palais de Louxor représentant le Dieu Horus avec Alexandre le Grand, consacré pharaon.

Partager cet article

Repost0
6 septembre 2011 2 06 /09 /septembre /2011 11:39

photo-copie-2.jpg

Inscriptions sur un mur du Caire à 400 m de la place Tahrir.

 

"PEOPLE DEMAND REMOVAL OF THE REGIME"

 

"HEROES ALL... WE MUST NEVER FORGET"

Partager cet article

Repost0
5 septembre 2011 1 05 /09 /septembre /2011 10:36

 

  photo-copie-1.jpg

 François HOLLANDE à Carmaux en 2006.                      (Avec René FRAYSSINET et moi-même).

 

En ce jour de rentrée, je me demande bien ce qui est le plus exotique : le départ ou le retour… ?

Peut-être un peu des 2 mais il n'est pas le même ! Ah bon ? Me direz-vous ?

 

Toujours est-il que la vie politique suit son cours et nous avec elle.

L’heure des choix est devant nous : désigner le -la- candidat-e- socialiste à l’élection présidentielle.

 

Le mien est fait : c’est François HOLLANDE.

 

Il est le candidat des 3 R :

 

 

Responsabilité, Réformisme, Rassemblement.

 

 

Responsabilité :

 

Il a été le Premier Secrétaire du P.S qui a inscrit son action dans la durée (11 ans : 1997-2008).

 

Dans le cours de ses différents mandats, les socialistes ont exercé le pouvoir national durant 5 ans et n’ont cessé de progresser dans les exécutifs locaux et territoriaux (mairies, Conseils généraux, Conseils régionaux).

 

Il est celui qui incarne le mieux la synthèse productive entre François MITTERRAND et Lionel JOSPIN : dire ce qui peut nous faire gagner et dire ce que l’on peut faire.

 

Il réalise avec talent l’alliance de l’éthique de conviction et de l’éthique de responsabilité.

 

imagesCAYW0X7G.jpg

 

Réformisme :

François HOLLANDE est le candidat de la progressivité. Celui qui souhaite clairement inscrire les réformes dans la durée et non pas dans la rupture du « tout, tout de suite ».

 

Il se révèle depuis longtemps comme un artisan scrupuleux de l’art du compromis. Seule voie qui porte effectivement à conséquence dans la conduite d’une politique de transformation sociale. « L’équilibre est la condition du mouvement » disait Lionel JOSPIN. François HOLLANDE en est un praticien virtuose…

 

Il est le candidat porteur d’une ambition pour la France et de l’expression d’une mesure dans la réalisation du changement. Il est le contraire de l’excès que représente SARKOZY : il incarne la tempérance et le sens de l’humain.

 

imagesCA2TCKIY.jpg

 

Rassemblement :

Devenir Président de la République, c’est rassembler : pour François HOLLANDE, c’est consubstantiel.

 

Il est, avec François MITTERRAND, le Premier Secrétaire du P.S qui a rassemblé le plus longtemps sa famille politique.

Son sens de la synthèse est légendaire.

 

Il a pour lui une longue pratique de la synthèse des idées et des hommes qui sera un élément déterminant dans le cadre de la préparation de l’élection présidentielle de 2012.

 

Sa candidature vient de loin et s’exprime de près : il est le premier, cette année, à avoir exprimé son ambition pour la France et il est celui qui a inscrit sa rencontre avec les français dans la plus grande proximité.

 

François HOLLANDE c’est aussi un orateur d’exception, un analyste pointu, un esprit de synthèse évident, un stratège averti, une empathie et un sens de l’humain hors du commun et un humour sans équivalent…

 

En 2008, à la fin de son mandat de Premier Secrétaire national du P.S, je l’avais alors invité (pour la 3ème fois en 3 ans de mandat de Premier Secrétaire Fédéral du P.S du Tarn) dans le département à Saint-Paul-Cap de Joux.

 

Lors de mon intervention introductive, j’avais fait allusion au fait qu’Henri de Navarre (qui s’est imposé comme Henri IV) avait alors réuni, dans cette petite commune tarnaise, une trentaine de ses amis dans le but de préparer la conquête du royaume…

 

François HOLLANDE avait, dans son discours, bien évidemment relevé l’allusion. Tout sourire et avec son brio habituel, à une tribune communale ornée de fleurs de lys (!) et devant une assemblée conquise, il indiqua que cette réunion nous donnait donc une responsabilité particulière et qu’elle était assurément « le commencement de la conquête du pouvoir central » !

 

Le ton était donné : il y avait de l’enthousiasme, de l’intelligence en mouvement, du brio oratoire, de l’humour et une détermination sans faille à rendre possible le changement !

 

François HOLLANDE est aussi un des très rares hommes politiques à savoir communiquer un bonheur de vivre.

 

Au sortir de ses meetings dans le Tarn, il prend toujours le temps, contre les recommandations empressées de son entourage, de tendre une oreille attentive à un militant, de serrer fraternellement le bras d’un ancien, de faire une bise appuyée à une carmausine, de livrer une analyse politique, de faire un bon mot et de partager un rire…

 

Aujourd’hui, François fait se lever un espoir…

Partager cet article

Repost0
3 août 2011 3 03 /08 /août /2011 10:01

Samedi, je tente une sortie de l’Europe… 15 jours outre méditerranée. 

   

imagesCAP8J4M7.jpg

 

Depuis déjà plusieurs années, ce départ est nourri par un certain nombre de références et d’enseignements fondamentaux.

Parmi lesquels l’exemple de la qualité de dialogue d’Harrison Ford avec les habitants du Caire.

Le non-verbal. Important, le non-verbal...

 

3933969ljzwp.jpg 

 

Pour le reste, c’est promis, je vous dirai si les momies courent aussi vite qu’on le dit, si les touristes sont aussi nombreux qu’on ne le dit plus et si les égyptiens sont aussi révolutionnaires qu’on l’espère !

 

Je ne manquerai pas également de consulter les augures au sein du Temple d’Amon afin d’avoir confirmation de la victoire prochaine de la gauche à l’élection présidentielle.

 

En attendant, merci de votre fidélité et bon été à tous !

 

 

Partager cet article

Repost0
27 juillet 2011 3 27 /07 /juillet /2011 10:32

 

imagesCAP2PPV9.jpgComment ne pas être touché par le courage et la dignité des norvégiens ?

 

Ce peuple qui, confronté aux pires heures de son Histoire depuis la seconde guerre mondiale, se trouve debout pour s’unir en fraternité, pour renforcer sa démocratie et sauvegarder ce qui le caractérise : la paix.

 

C’est que la Norvège ne veut pas renoncer à ses valeurs.

Face à l'horreur des attaques, elle promet « plus de tolérance » : « Ensemble, nous allons punir le meurtrier. Et sa punition, ce sera plus de générosité, plus de tolérance, plus de démocratie ».

 

 De Fabian Stang, l'édile d'Oslo, au roi Harald en passant par d'innombrables anonymes, ce sont toujours les mêmes mots qui reviennent : « transparence », « ouverture », « proximité », « démocratie », les ingrédients qui, à leurs yeux, doivent rester les éléments constitutifs de l'identité du pays.


Dans la rue, la tonalité est la même : les Norvégiens sont touchés mais pacifiques. Les roses sont omniprésentes et les tee-shirts « OSLOVE » ont fait leur apparition.


« Il faut répondre avec plus d'ouverture d'esprit, plus d'écoute, rester un pays ouvert et libre pour ne pas donner à Breivik ce qu'il veut », explique Per Gunnar Gulstuen, 52 ans.

« Ne faisons pas comme aux États-Unis après le 11 septembre en mettant des policiers et des contrôles partout » indique un autre habitant.

 

Comment ignorer, à l’écoute de ces interventions, que c’est dans la difficulté que les hommes se révèlent véritablement ?

 

Dans le contexte actuel et ce en dépit du traumatisme qu’ils traversent, les norvégiens parviennent encore à adresser spontanément un « oui » à leur propre Histoire, à leurs propres valeurs et à leur propre destin.

 

A l’envers de toute tentation de dire non à un autre, à un extérieur à eux-mêmes, leur acte « re-créateur » est celui de l’ouverture, de l’espoir et de la paix…

 

Ce faisant, les norvégiens nous montrent un chemin de civilisation.

 

Partager cet article

Repost0
26 juillet 2011 2 26 /07 /juillet /2011 10:05

 images-copie-7.jpgUne pensée triste, émue et fraternelle pour les familles des victimes et les millions de norvégiens qui ont constaté comme nous avec sidération, l’indicible horreur d’un acte intégriste venu de l’intérieur, de l’intérieur du pays symbole de la paix…

 

Aux lendemains de cette émotion collective et universelle, l’ouverture d’esprit, l’ouverture des frontières, seront la réponse la plus forte que nos démocraties porteront…

 

L'attachement à la valeur de la liberté devra être aussi présent que notre courage, sans lequel la liberté n'est rien, aussi présent que nous devons l'être pour défendre ce qui est consubstantiel à notre démocratie.

Partager cet article

Repost0
25 juillet 2011 1 25 /07 /juillet /2011 10:17

 

 imagesCAQLTS07.jpgQuoi de mieux, en ce bel été, qu’une bonne interprétation de “Crossroad”, bon vieux thème blues, par Calvin Russell ?

A écouter absolument (et à jouer éventuellement).

 

En voici les paroles :

 

I'm standing at the Crossroad
There are many roads to take
I stand here so silently
I’ve got fear of a mistake

One road leads to paradise
One road leads to pain
One road leads to freedom
I swear they all look the same

Well I have traveled many roads
And not all of them were good
The foolish ones taught more to me
Than the wise ones ever could

One road leads to sacrifice
One road leads to shame
One road leads me to freedom
But I swear they all look the same

 

 imagesCA1YZZY7.jpg

 

 They were roads I've never travelled
And the turn I did not take
And the mysteries I could not unravelled
Baby leaving you, that’s my mistake

So I'm standing at the Crossroads
I’m Imprison by my doubt
As if by doing nothing
I might find my way out

One road leads to paradise
And one roads lead to pain
And one roads lead me to freedom
But I swear they all look the same

They were roads I've never travelled
And the turn I did not take
And the mysteries I could not unravelled
Leaving you, that’s my only mistake
Leaving you….
I'm standing at the Crossroads
There are many roads to take
I stand here so silently
I’ve got fear of a mistake

One road leads to paradise
One road leads to pain
One road leads to freedom
I swear they all look the same

  

imagesCAEG599S.jpg

 

 Well I have traveled many roads
And not all of them were good
The foolish ones taught more to me
Than the wise ones ever could

One road leads to sacrifice
One road leads to shame
One road leads me to freedom
But I swear they all look the same

They were roads I've never travelled
And the turn I did not take
And the mysteries I could not unravelled
Baby leaving you, that’s my mistake

So I'm standing at the Crossroads

I’m Imprison by my doubt
As if by doing nothing
I might find my way out

One road leads to paradise
And one roads lead to pain
And one roads lead me to freedom
But I swear they all look the same

They were roads I've never travelled
And the turn I did not take
And the mysteries I could not unravelled
Leaving you, that’s my only mistake
Leaving you….

 

 

 

Lire la suite: http://www.greatsong.net/PAROLES-CALVIN-RUSSELL,CROSSROAD,102462379.html#ixzz1T6tNQKik

Partager cet article

Repost0