Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 11:28

imagesCAE1R44E.jpg

Lorsque la droite tarnaise des Bugis-Folliot-Bonnecarrère, escortée de ses petits marquis, s'unit, c'est pour proposer une mise en concession de l'autoroute avec un coût du péage à 7, 50 € l'aller pour une voiture.

 

Le désenclavement du sud du Tarn est pour tous les habitants du bassin de Castres-Mazamet un impératif urgent.

 

Même si l'attente devient chaque jour un peu plus insupportable, ce dossier d'intérêt public est suffisamment sérieux pour être mis à l'abri des expressions populistes et électoralistes de messieurs Bugis, Folliot et Bonnecarrère.

 

Comment pourraient-ils faire oublier 10 ans d'égarements et d'inertie en jouant soudain aux empressés à la veille des prochaines échéances municipales ?

 

Qu'ont-ils donc fait en 10 longues années : de 2002 à 2012 ?

 

Le désenclavement routier vers Toulouse du bassin de Castres-Mazamet serait aujourd'hui quasiment achevé si la droite castraise n'avait pas pris la décision de renoncer aux crédits que le gouvernement socialiste de Lionel Jospin leur avait accordé pour cela.

 

Je le dis ici avec force : l'inertie, la faiblesse des actes et la manipulation, ça suffit !

 

Le désenclavement ne signifie pas la mise en concession de l'autoroute.

 

La confirmation par la commission "mobilité 21" de l'enjeu pour le territoire du sud du Tarn de "l'aménagement de la RN 126 entre Toulouse et Castres", constitue une orientation précise et une très bonne nouvelle pour tous les Sud-Tarnais.

 

De ce point de vue, je rappelle que la Fédération du Parti Socialiste du Tarn a pris ses responsabilités et demande que soient poursuivis les aménagements routiers dans le cadre des financements publics et sans péage pour les usagers.

 

Si l'option retenue est celle d'une 2 X 2 voies avec gratuité, la participation de l'Etat et des collectivités sera du même montant qu'elle le serait pour le soutien à un projet de mise en concession.

 

Le désenclavement c'est possible avec l'inscription de cette modernisation d'infrastructure routière dans le prochain contrat de plan Etat-Région en 2015, dans le cadre de financements publics croisés entre l'Etat, la Région et le Département et avec la gratuité pour l'usager.

 

Il convient simplement de respecter ce temps du dialogue institutionnel.

 

Je fais toute confiance à l'Etat, à la Région et au Département pour réaliser cet aménagement dans les meilleurs délais.

 

C'est tout le sens de l'engagement des socialistes Tarnais pour que le territoire puisse bénéficier de transports performants adaptés aux besoins de la population et soutenable aux plans économique, social et environnemental.

 

Repost 0
Published by Samuel CEBE - dans Aménagement
commenter cet article
26 mai 2011 4 26 /05 /mai /2011 10:15

 

201103311860_w350-copie-1.jpgIl est peu de dire que les conditions de  réaménagement de l’espace  libre  au sein de l’hôpital Jean-Pierre GABARROU sont pour le moins déplacées…

 

Alors qu’il y  a   une chance qu’il convient d’exploiter : agir pour développer l’attractivité du centre ville, promouvoir les activités des castrais et leur donner accès à des services de proximité.

 

Cela fait 3 ans et demi que je l’exprime sans relâche avec mes amis socialistes : lors des élections municipales de 2008, en conseil municipal à travers une question orale et un voeu, sur ce blog les 26/01/2011 et 17/04/2011.

 

En insistant particulièrement sur la nécessité de la concertation.

En vain…

 

Aujourd’hui, 5 partenaires de la gauche castraise ont rédigé un tract commun en ce sens. Le voici :

 

 

La ville perd la maitrise d’un grand projet.

 

L’ancien hôpital vendu au privé….

 

Pascal Bugis privatise l’espace public en laissant vendre l’ancien Hôpital à un groupe financier avec un cahier des charges qui privilégie la logique financière et commerciale sur l'intérêt public.

 

Il prive notre ville :

 

-d’une véritable concertation sur ce projet,

 

-d’une réelle mixité sociale et générationnelle,

 

-d’une opportunité formidable de repenser la ville de demain.

 

 

Nous proposons d’autres perspectives et une autre démarche :

 

-en maintenant les bâtiments de l’ancien hôpital dans le domaine public,

 

-en associant la population à l’élaboration du projet pour répondre aux besoins (crèche, logements étudiants, résidence pour personnes âgées, logements HLM…),

 

-en privilégiant le vivre ensemble, (espace culturel, associatif…),

 

-en maintenant une permanence des soins en centre ville (Maison de santé),

 

-en garantissant la qualité environnementale du projet,

 

Face à une logique financière et commerciale, nous proposons d’investir dans une démarche sociale, culturelle et environnementale dans l'intérêt de la ville de Castres et de ses habitants.

 

Les Alternatifs, Europe Écologie - Les Verts, le Parti Radical de Gauche, le Cercle Cité Solidaire, le Parti Socialiste. 

Repost 0
Published by Samuel CEBE - dans Aménagement
commenter cet article
28 janvier 2011 5 28 /01 /janvier /2011 11:08

201009182069_zoom.jpg

Photo La Dépêche du Midi (18/09/2010).

 

C’est un constat : l’espace du Mail-Place Soult est aujourd’hui dans un état de dégradation avancé… Plus encore que n’importe quel autre espace situé à la périphérie directe de l’écusson.

 

Cet ensemble qui constitue une entrée de ville majeure et une vitrine de Castres, est un espace de rassemblement populaire des castrais.

 

Comme en témoigne la production annuelle du concert de rentrée à Castres mais aussi les célébrations sportives liées aux succès du Castres Olympique.

 

La Place Soult est également le lieu d’accueil du marché 2 fois par an : en décembre à l'occasion du marché de Noël et en juillet lors du festival Les Extravadanses.

 

Il s’agit donc, indubitablement, d’un coeur de vie de notre commune.

Comment ne pas se rendre à l’évidence ? Il est urgent, j’en suis convaincu, d’engager une opération de rénovation urbaine de l’espace du Mail-Place Soult.

 

La majorité municipale avait, un temps, envisagé sa rénovation… Avant d’abandonner finalement le projet en rase campagne… Sans raison apparente…

 

La rénovation de cet ensemble urbain pourrait se faire avec la réalisation d’une ouverture entre le jardin du Mail et la Place Soult qui serait rendue possible à la faveur du déménagement de la gare routière et de la constitution d’une gare multimodale en lieu et place de la gare SNCF.

 

Quoiqu’il en soit, la question est aujourd’hui posée : Pourquoi remettre à plus tard cet aménagement prioritaire pour la qualité de vie à Castres ?

 

Que Monsieur BUGIS exprime la volonté de rénover un quartier de la ville, je peux le comprendre.

Mais en tant que Maire, son rôle n’est-il pas de définir des priorités pour l’amélioration de la qualité de vie de tous les castrais ?

 

La rénovation d’une place, quelle qu’elle soit, (celle de l’albinque par exemple), est toujours une bonne nouvelle pour Castres et celles et ceux qui la fréquentent.

 

Mais le rôle d’une majorité municipale n’est-il pas de définir des priorités en terme d’aménagement urbain ?

 

La Place Soult en est manifestement une ! Il est temps que M. BUGIS prenne ses responsabilités pour… tous les castrais. Mais l’a t-il déjà fait ?

Repost 0
Published by Samuel CEBE - dans Aménagement
commenter cet article
26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 13:23

Comment ne pas le relever ?

La fondation de l’hôpital du Pays d’Autan est une excellente nouvelle pour notre bassin de vie.

Ce 2ème plus grand hôpital de Midi Pyrénées constitue indubitablement une offre de santé à la hauteur de la demande des sud-tarnais ainsi qu’un atout conséquent pour le développement de notre territoire.

 

Comment ne pas le rappeler ?

La conception de ce projet est celle d’un Maire qui a toujours eu un temps d’avance sur son temps, une action diligente sur le territoire, une générosité présente pour les castrais. Encore merci Arnaud MANDEMENT !

 

Comment ne pas le partager ?

Alors que le Centre Hospitalier Intercommunal de Castres Mazamet (C.H.I.C) voit le jour sur le causse, il convient dès à présent de prévoir  les  conditions de  réaménagement de  l’espace  libre  au sein de l’hôpital Jean-Pierre GABARROU.

Des  études  sont  actuellement  en  cours  de  réalisation. 

Je suis convaincu qu’il y  a   une chance qu’il convient d’exploiter : agir pour développer l’attractivité du centre ville, promouvoir les activités des castrais et leur donner accès à des services de proximité.

Ce projet de réaménagement ne saurait être alimenté par le seul concours d’un cabinet conseil. En la matière, on peut penser que la forme implique largement le fond : le projet ne trouvera sa raison d’être que s’il est pleinement partagé.

En ce sens, je propose l’organisation d’une large concertation des différents acteurs sociaux, économiques, associatifs et politiques qui prendrait la forme d’assises pour l’aménagement de l’espace Jean-Pierre GABARROU.

 

Comment ne pas le proposer ?

Dans le cadre d’une nécessaire consultation et d’une utile contribution collective, qu’il me soit permis ici de renouveler le sens de la proposition que j’ai faite lors des élections municipales avec mes amis socialistes :

Cet espace pourrait proposer une galerie commerciale (en rez-de-chaussée), réalisée en partenariat et en concertation avec les commerçants du centre ville afin de leur permettre de se développer.

Un pôle d’accueil des seniors (aux étages), serait également une réponse adaptée me semble t-il à la  demande croissante de nos aînés, dans la proximité.

Enfin,  le  nécessaire  développement  universitaire  à  Castres,  passera, j’en suis sûr, par  la réalisation d’une offre conséquente en  terme d’accueil des étudiants dans notre ville.

C’est la raison pour laquelle, ce nouvel  « Espace GABARROU  » pourrait  également accueillir une résidence universitaire.

L’enjeu est de développer un espace d’attractivité, d’accès et d’activités

pour les castraises et les castrais.

 

Comment ne pas le nommer ?

Aujourd'hui, alors que se réalisent des études et je l’espère bientôt, une concertation, portant sur les modalités de cet aménagement, je formule le vœu que le nom de ce nouvel ensemble soit celui d'un "Espace Jean-Pierre GABARROU".

Dans la continuité de l’existant mais surtout afin de renouveler l’hommage de la ville de Castres à celui qui a été le Maire le mieux élu de l’Histoire de notre commune, ces 40 dernières années. Celui qui s’est inscrit dans la continuité humaniste du Docteur SICARD, dans la réalisation immanente de la République et dans l’exercice toujours recommencé de l’œuvre juste.

Jean-Pierre GABARROU demeure dans le cœur des castrais comme son action demeure dans le cœur de la ville.

Je n’oublie pas non plus qu’il fut, de ma naissance à sa mort, le médecin que « je consultais »…

J’ignorais à cette époque de ma vie (plutôt en "culotte courte") ce qu’était être socialiste mais j’ai alors découvert pourquoi je voulais le devenir…

 

 

 

Repost 0
Published by Samuel CEBE - dans Aménagement
commenter cet article
21 janvier 2011 5 21 /01 /janvier /2011 13:23

C'était il y a un an, M. BUGIS franchissait une étape supplémentaire dans sa politique de braderie du patrimoine foncier de la ville de Castres.

 

La majorité du conseil municipal qui s’est tenu dans sa séance plénière du mardi 15 décembre 2009, s’était alors exprimée favorablement par rapport à une délibération concernant une cession par la commune de Castres de l’ensemble immobilier situé rue Borrel – Place Pélisson – Rue Malbec – Rue des Capitouls, à la société IMMOINVEST.

 

J'ai voté contre cette délibération.

 

Le service de France domaine, qui a rendu son avis sur la valeur vénale de cet ensemble immobilier le 9 novembre 2009, a établi son estimation pour un montant de 293 500 €.

Or, la délibération adoptée par le conseil municipal de Castres, fait état d’une cession pour un montant de 250 000 €. Soit 43 500 € de moins que la valeur vénale du bien établie par France domaine.

 

C’est la raison pour laquelle j'ai saisi le tribunal  Administratif, lui  demandant l’annulation de cette délibération pour excès de pouvoir.

 

Aujourd'hui, au bout d'un an de procédure judiciaire entre le cabinet d'avocat de M. BUGIS et moi-même, le Président du Tribunal Administratif de Toulouse doit rendre son jugement.

 

L'enjeu est d'importance : ajouter l'argument juridique à la raison politique.

 

Quelle que soit la nature de la décision de justice, je l'assumerai.

 

Partant du principe que l'action politique ne se nourrit ni de la crainte ni de la seule interprétation commentée des événements produits.

Elle est aussi une prise de risque et une construction qui recommande un passage à l'acte pour servir l'idéal de justice.

 

 

Repost 0
Published by Samuel CEBE - dans Aménagement
commenter cet article