Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 11:12

 

imagesCA0SQCVK

Contribution individuelle
Thème 12 : Europe et souveraineté :

Les élections parlementaires européennes doivent devenir la clef de voûte des institutions européennes. Pour ce faire, elles doivent être intensifiées.
L'idée est de rapprocher les institutions européennes de la société et les euro-députés des citoyens en clarifiant les enjeux des élections parlementaires européennes....
L'européanisation des élections parlementaires européennes devrait aider les partis à procéder à cette mutation.
Aujourd'hui les euro-députés sont élus sur des listes de circonscriptions territoriales et ou nationales, ce qui ne fait rien pour créer un espace public européen.
Si l'on veut que les élections européennes tournent autour d'enjeux européens, les euro-députés doivent être élus sur des listes européennes.
Avec un tel système, la tête de liste devient le candidat de fait du parti ou de la coalition à la présidence de la Commission.
Pour renforcer le poids des électeurs dans les institutions européennes, il faut que les Européens choisissent, non seulement le Président de la Commission, mais aussi une coalition et un programme de législature.
C'est pourquoi, il faut prévoir que l'élection parlementaire européenne se joue en deux tours avec possibilité de fusion des listes entre les deux tours et maintien en lice des deux seules listes arrivées en tête au premier tour.
On reconnaîtra ici le mode de scrutin des élections municipales et régionales françaises. Cependant, aucune prime majoritaire n'est utile puisque la liste gagnante aura forcément une majorité : il ne restera que deux listes au second tour.
Ainsi les électeurs choisissent un chef de gouvernement : les élections parlementaires ou législatives européennes sont gouvernementalisées.
Mais ce chef de gouvernement n'est qu'une tête de liste, ce qui évite le caractère monarchisant et bonapartiste du déplorable système français actuel.
Les électeurs choisissent une majorité, c'est à dire une coalition qui les gouvernera la législature durant : l'efficacité de la stabilité prolonge la légitimité de l'élection.

Samuel CEBE
Premier Secrétaire Fédéral
du PS du Tarn

Repost 0
Published by Samuel CEBE - dans International
commenter cet article
7 mars 2013 4 07 /03 /mars /2013 16:59

 

 Najat-Vallaud-Belkacem-2.jpg

 

La journée internationale des droits des femmes agit comme un fléchage qui indique le chemin que nous avons collectivement à parcourir afin que l’égalité entre les femmes et les hommes s’inscrive dans la réalité de nos sociétés humaines.

Le différentialisme entre les sexes qui envahit toujours les sphères privées, professionnelles et publiques, demeure une menace singulière pour notre vivre ensemble.

Agir pour le changement de ces rapports de force inégaux, ce doit être maintenant !

Najat Vallaud-Belkacem a rappelé l'importance de l'action publique dans la lutte contre ces rapports de force inégaux mais également celle de ne pas céder à un «relativisme culturel ».

Le 8 mars 2013 est un accélérateur des actions conduites par le gouvernement et un moment de mobilisation de la société autour du message « l’égalité, c’est toute l’année ! ».

Le président de la République a ouvert la soirée  « le 8 mars, c’est toute l’année », le 7 mars à La Villette. A cette occasion  il a annoncé une réforme du congé parental qui permettra notamment de mieux partager le congé parental entre les parents et d’aider les femmes en congé parental à revenir vers l’emploi. Cette réforme se fera à coût nul. Un plan ambitieux pour augmenter le nombre de places en crèche a aussi été annoncé.

La ministre des Droits des Femmes, a évoqué l'approche «globale, intégrée, pluridisciplinaire» du gouvernement français, notamment à travers une loi-cadre sur les droits des femmes qui sera soumise dans les prochaines semaines et dont l'un des volets sera consacré au renforcement des moyens de la lutte contre les violences faites aux femmes. 

Najat Vallaud-Belkacem promet des sanctions dans les six mois aux entreprises qui ne luttent pas efficacement contre les inégalités de salaires hommes/femmes. "Les inégalités de salaires à poste égal ne représentent que 9%. Ce sont les plus insupportables".

L’Assemblée des Départements de France doit signer, ce 8 mars, l’accord-cadre sur l’égalité professionnelle hommes-femmes dans la fonction publique territoriale.

Le nouveau mode de scrutin des conseillères départementales, en cours de discussion au Parlement, fera des Conseils départementaux des assemblées territoriales pratiquant la parité intégrale.

Loin de constituer une cause parmi d’autres, cette exigence de l’égalité entre les femmes et les hommes qui relève du genre humain, revêt précisément une dimension universelle devant laquelle nous sommes tous responsables.

Il en va de notre développement commun et durable.

Comment supporter en réalité, entre les femmes et les hommes, que l’égalité soit inégale, que la liberté soit partielle et que la fraternité soit partiale ?

Repost 0
Published by Samuel CEBE - dans International
commenter cet article
16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 16:39

 

529049_0202502346441_web.jpgLa récente décision du Président de la République d'engager une intervention de nos forces armées à la demande du Mali, afin de porter secours à ce peuple ami victime de la brutale agression de djihadistes, qui menace la sécurité des populations et l’intégrité de ce pays, soulève de nombreux enjeux politiques et géopolitiques.

 

Des questions se posent sur les raisons, sur les modalités, sur la durée possible et sur la destination d’une telle intervention.

 

Afin de mieux déceler les différents enjeux stratégiques qui sont désormais engagés dans cette région du monde, qui engagent notre pays ainsi que la communauté internationale et d’être mieux à même de les comprendre et de répondre aux interrogations de nos concitoyens, j'ai le plaisir de vous convier à une :

Réunion-débat sur le thème :

 

« Mali, les enjeux d’une intervention »

 

Le samedi 19 janvier 2013

A 15 H 00

 

A la Fédération du Parti Socialiste

53, rue Henri Moissan 81000 ALBI

 

Intervenant :

Paul QUILES, ancien Ministre de la défense

 

  

Samuel Cèbe

Premier Secrétaire Fédéral du P.S du Tarn

 

Repost 0
Published by Samuel CEBE - dans International
commenter cet article
9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 10:37

 

90907o.jpg

 

Comment ne pas penser, en cette journée de l’Europe, à la Lettre tout à la fois visionnaire et d’actualité que Victor HUGO adressa aux membres du Congrès de la paix à Lugano, le 20 septembre 1872 ?

 

Juste pour le plaisir :

 

"Nous aurons ces grands Etats-Unis d'Europe qui couronneront le vieux monde comme les Etats-Unis couronnent le nouveau [...], nous aurons la généreuse fraternité des nations au lieu de la fraternité féroce des Empereurs ; nous aurons la patrie sans frontières, le commerce sans la douane, la circulation sans la barrière, l' éducation sans l'abrutissement, la jeunesse sans la caserne, le courage sans le combat, la justice sans l' échafaud, la vie sans le meurtre, la forêt sans le tigre, la charrue sans le glaive, la parole sans le bâillon, la conscience sans le joug, la vérité sans le dogme, Dieu sans le prêtre, le ciel sans enfer, l'amour sans la haine [...] "

Repost 0
Published by Samuel CEBE - dans International
commenter cet article
19 décembre 2011 1 19 /12 /décembre /2011 12:46

La « démondialisation »… Un terme porteur, un portage sans terme… Pourquoi ? 

 

images-copie-1.jpg

 

Un terme porteur :

 

L’avantage de la clarté.

Là où les sociaux-démocrates disent : nous reconnaissons le marché mais nous voulons le réguler… Les « démondialistes » sussurent, à la faveur d’une réthorique assez baroque, « nous voulons changer le système… » C’est… plus simple. A l’heure de la communication, cela rentre plus facilement dans les canaux…

 

L’avantage de la rupture.

François MITTERRAND le disait déjà au congrès d’Epinay : « Celui qui n’est pas pour la rupture, je le dis,… Celui-là, ne peut pas être adhérent du Parti Socialiste ! »

Ce « sur-moi » doctrinal demeure dans la galaxie socialiste française, transformant par la même, tous les non artisans de la rupture, en aménageurs douteux de l’économie de marché, en coupables d’intelligence avec l’ennemi (les détenteurs du capital…) ou en « sans-couilles » notoires…

La « démondialisation » induit une perspective de rupture avec l’existant, elle subodore le volontarisme sans avoir à l’assumer…

 

L’avantage de l’invitation à croire.

Les « démondialistes » suggèrent un monde autre, un « arrière-monde » ? Ce faisant, ils invitent à croire… A ne pas se « corrompre » avec le monde tel qu’il est, tel qu’il va…

Inutile de dire que les ressorts d’une telle approche, peuvent avoir des échos retentissants dans l’opinion...  

 

2012-fin-du-monde-4.jpg

 

Un portage sans terme :

 

 

Pour Raphael Enthoven, philosophe de son état, «La démondialisation est une idée fausse et arrogante»

 

 « La démondialisation, c’est une idée fausse, arrogante, contradictoire et démagogique, lâche-t-il, avant de développer sa pensée. C’est une idée fausse, parce qu’elle repose sur l’idée qu’on peut remonter le temps. Ce serait comme vouloir défaire une mayonnaise: on ne retrouve jamais l’huile, les œufs et la moutarde ! ».  

 

 

imagesCAZMZ33K.jpg

 

Avec méthode et acuité, il poursuit sa critique: « C’est arrogant, parce que cela suppose que la petite France peut changer le monde. Puis, c’est contradictoire, parce que, pour démondialiser, il faut mondialiser : à quoi bon remettre des frontières, si on est le seul à le faire.

Enfin, c’est démagogique en période électorale: aujourd’hui à gauche, la démondialisation occupe la place que le tropisme sécuritaire occupe à droite ».

 

Republication d’un article que j’avais publié sur ce thème, sur ce blog, le 7 avril 2011 :

 

http://www.samuel-cebe.com/article-vive-la-terre-patrie-vive-la-republique-universelle-71199060.html

 

La régulation du monde plutôt que la "démondialisation".

 

La « démondialisation » c’est quoi ?

 

Au-delà du réflexe du « c’était mieux avant », les tenants de la démondialisation suggèrent de rendre le monde un peu moins monde… Tout un programme me direz-vous. Encore que la colonisation de la planète Mars pourrait un jour ou une nuit leur donner gain de cause…

 

En attendant, loin de chercher à rendre ce monde-ci plus juste, plus accessible, plus respectueux de l’environnement, les chantres du « démonde » suggèrent de revenir à « l’état de nature de l’Etat ».

 

Ce temps béni où les consciences nationales remplaçaient avantageusement les consciences mondiales du jour, où chacun était chez soi, où les structures internationales n’en étaient qu’à leur balbutiement, où le protectionnisme était la loi de tous les Etats, où l’Europe n’était caressée par quelques-uns que comme un rêve, ce temps que les moins de 100 ans ne peuvent pas connaître…

 

Devant une telle offensive du camp de la réaction, au sens propre du terme, je ne peux m’empêcher de penser à la lettre adressée par Victor Hugo aux membres du Congrès de la paix à Lugano le 20 septembre 1872 :

 

"Nous aurons ces grands Etats-Unis d'Europe , qui couronneront le vieux monde comme les Etats-Unis couronnent le nouveau [...], nous aurons la généreuse fraternité des nations au lieu de la fraternité féroce des Empereurs ; nous aurons la patrie sans frontières, le commerce sans la douane, la circulation sans la barrière, l' éducation sans l' abrutissement, la jeunesse sans la caserne, le courage sans le combat, la justice sans l' échafaud, la vie sans le meurtre, la forêt sans le tigre, la charrue sans le glaive, la parole sans le bâillon, la conscience sans le joug, la vérité sans le dogme, Dieu sans le prêtre, le ciel sans enfer, l' amour sans la haine [...] "

 

Les prescripteurs de la démondialisation nous préconisent donc le retour au monde clos qui passe nécessairement par l’abandon de l’univers infini tel que dessiné par la révolution galiléenne ou la découverte du calcul infinitésimal par Leibniz et Newton qui ont profondément modifié la conscience qu'a l'homme de lui-même et de sa place dans l'univers.

 

Surtout, nos réactionnaires de ce début de XXIème siècle, nient en bloc l’interdépendance sans cesse croissante qui existe entre les Etats et les a ainsi engagé à se rapprocher.

 

Ils oublient que nous vivons aujourd’hui dans une « Terre-patrie » (cf : ouvrage d’Edgar Morin) qui fait de nous des citoyens du monde. Et que la mondialisation de la culture, de la démocratie, des droits de l’Homme, de l’information, de la connaissance, mais aussi des échanges, constituent un progrès sans borne pour toutes celles et ceux qui sont épris de liberté.

 

Alors, oui, il faut que cette mondialisation soit régulée pour qu’elle serve la justice qui est très gravement mise en cause par la main invisible du marché qui se transforme en « poing invisible » pour les plus faibles.

 

Et pour ce faire, il convient de renforcer le rôle des instances de régulation nationales et internationales, de renforcer le rôle du politique.

 

Mais certainement pas de préconiser le retour au passé : en remettant en cause l’Euro, la construction européenne, le libre-échange et les institutions internationales qui ne doivent pas être balayées mais bien plutôt renforcées.

 

Henri Lacordaire résumait bien cette exigence de l’intervention régulatrice par ces quelques mots :

 

« Entre le fort et le faible, entre le riche et le pauvre, entre le maître et le serviteur, c’est la liberté qui opprime, c’est la loi qui affranchit. » 

 

Aujourd’hui, les lois sont, par les hommes et pour les hommes, toujours à faire. Particulièrement les lois internationales…

Pour un monde toujours plus juste,... Celui-ci : le nôtre !

Repost 0
Published by Samuel CEBE - dans International
commenter cet article
22 septembre 2011 4 22 /09 /septembre /2011 10:13

images-copie-8.jpg« Tuer légalement est encore un trait de l’humanité, sa dénonciation un trait d’humanité. » La Bruyère.

 

Communiqué d’Amnesty International :

 

Après quatre heures d’une insoutenable attente, teintées d'espoir et d'angoisse, Troy Davis a été exécuté à 5h08 (heure de Paris).

 

En effet, trois minutes après l’heure d’exécution prévue, la Cour suprême des Etats-Unis a décidé de se donner un délai pour examiner le recours des avocats de Troy Davis. Recours qu’elle a rejeté sans motivations.

 

Un sentiment de révolte profond nous habite à ce jour, à la hauteur de cette souffrance barbare infligée à Troy Davis, sa famille, ses proches, et à l’ensemble des personnes mobilisées pour lui à travers le monde; à la hauteur de l'inhumanité vécue cette nuit.

 

A la hauteur enfin, de notre engagement sans faille, pour sauver Troy Davis de la mort, depuis bientôt 5 ans. Cela a failli réussir.

Par trois fois déjà son exécution avait été reportée.

 

imagesCAYZ0BYO.jpg

 

Notre engagement pour Troy n'a pas été vain. Au contraire, il a permis de sensibiliser des millions de personnes à travers le monde, de rappeler la cruauté de ce châtiment, de faire vaciller les certitudes, de faire réfléchir un grand nombre de partisans de la peine de mort, aux Etats-Unis notamment.

 

Troy Davis, il en était pleinement conscient, a contribué de manière décisive au combat pour l’abolition.

 

Car le combat de Troy et de sa famille était un combat pour l’abolition et la justice.

 

Notre soutien et mobilisation ont aussi et surtout été une source de réconfort palpable, toujours présente, toujours vivante, pour Troy, Martina, Kim (ses soeurs), De'jaun (son neveu): ils l'ont dit et répété maintes et maintes fois, dans les moments de désespoir et de stress, mais aussi dans les moments d'espoir qui ont jalonné notre chemin commun.

 

Il a enfin transmis tout son amour à ses proches, et ses soutiens à travers le monde, et délivré par le biais d’un membre d’AIUSA, qui l’a rencontré jeudi dernier, le message suivant :

 

« Le combat pour la justice ne s'arrête pas avec moi : ce combat est pour tous les Troy Davis avant moi, et ceux qui viendront après moi. Je me sens bien, je prie et je suis en paix. Mais je n'arrêterai de me battre qu'à mon dernier souffle ».

 

La chaleur que nous leur avons transmise, ils nous l’ont rendue par la force, le courage, l’absolue dignité dont ils ont fait preuve, dans les moments les plus noirs comme dans les phases d’espoir.

 

Troy est parti dignement : ses derniers mots à la famille du policier ont été : « Je ne suis pas celui qui a commis le crime. Je n’avais pas d’arme. Continuez à chercher la vérité ».

  

Pour lui, pour sa famille, pour tous les condamnés à mort qui nous sont moins familiers mais exposés à la même souffrance, à la même cruauté, nous devons poursuivre avec d’autant plus d’énergie notre combat pour l’abolition, partout, toujours.

 

"Le sang d'un condamné à mort, c'est du sang d'homme, c'en est encore..."

Repost 0
Published by Samuel CEBE - dans International
commenter cet article
8 septembre 2011 4 08 /09 /septembre /2011 11:44

photo-copie-5.jpg

Inscriptions sur un mur de Louxor.

 

"Give me liberty or give me death !"

 

 

photo-copie-6.jpg

Inscriptions sur un mur du Caire, place Tahrir.

 

 

photo-copie-7.jpg

L’armée au Caire, place Tahrir.

 

  

photo-copie-8.jpg

 

2 dromadaires et 1 bédouin devant 2 triangles isocèles…

 

 

 

photo-copie-9.jpg

 

Un ami égyptien dans la Cité des morts, au Caire.

 

 

 

photo-copie-10.jpg

 

 

L'un des bas reliefs du palais de Louxor représentant le Dieu Horus avec Alexandre le Grand, consacré pharaon.

Repost 0
Published by Samuel CEBE - dans International
commenter cet article
6 septembre 2011 2 06 /09 /septembre /2011 11:39

photo-copie-2.jpg

Inscriptions sur un mur du Caire à 400 m de la place Tahrir.

 

"PEOPLE DEMAND REMOVAL OF THE REGIME"

 

"HEROES ALL... WE MUST NEVER FORGET"

Repost 0
Published by Samuel CEBE - dans International
commenter cet article
27 juillet 2011 3 27 /07 /juillet /2011 10:32

 

imagesCAP2PPV9.jpgComment ne pas être touché par le courage et la dignité des norvégiens ?

 

Ce peuple qui, confronté aux pires heures de son Histoire depuis la seconde guerre mondiale, se trouve debout pour s’unir en fraternité, pour renforcer sa démocratie et sauvegarder ce qui le caractérise : la paix.

 

C’est que la Norvège ne veut pas renoncer à ses valeurs.

Face à l'horreur des attaques, elle promet « plus de tolérance » : « Ensemble, nous allons punir le meurtrier. Et sa punition, ce sera plus de générosité, plus de tolérance, plus de démocratie ».

 

 De Fabian Stang, l'édile d'Oslo, au roi Harald en passant par d'innombrables anonymes, ce sont toujours les mêmes mots qui reviennent : « transparence », « ouverture », « proximité », « démocratie », les ingrédients qui, à leurs yeux, doivent rester les éléments constitutifs de l'identité du pays.


Dans la rue, la tonalité est la même : les Norvégiens sont touchés mais pacifiques. Les roses sont omniprésentes et les tee-shirts « OSLOVE » ont fait leur apparition.


« Il faut répondre avec plus d'ouverture d'esprit, plus d'écoute, rester un pays ouvert et libre pour ne pas donner à Breivik ce qu'il veut », explique Per Gunnar Gulstuen, 52 ans.

« Ne faisons pas comme aux États-Unis après le 11 septembre en mettant des policiers et des contrôles partout » indique un autre habitant.

 

Comment ignorer, à l’écoute de ces interventions, que c’est dans la difficulté que les hommes se révèlent véritablement ?

 

Dans le contexte actuel et ce en dépit du traumatisme qu’ils traversent, les norvégiens parviennent encore à adresser spontanément un « oui » à leur propre Histoire, à leurs propres valeurs et à leur propre destin.

 

A l’envers de toute tentation de dire non à un autre, à un extérieur à eux-mêmes, leur acte « re-créateur » est celui de l’ouverture, de l’espoir et de la paix…

 

Ce faisant, les norvégiens nous montrent un chemin de civilisation.

 

Repost 0
Published by Samuel CEBE - dans International
commenter cet article
26 juillet 2011 2 26 /07 /juillet /2011 10:05

 images-copie-7.jpgUne pensée triste, émue et fraternelle pour les familles des victimes et les millions de norvégiens qui ont constaté comme nous avec sidération, l’indicible horreur d’un acte intégriste venu de l’intérieur, de l’intérieur du pays symbole de la paix…

 

Aux lendemains de cette émotion collective et universelle, l’ouverture d’esprit, l’ouverture des frontières, seront la réponse la plus forte que nos démocraties porteront…

 

L'attachement à la valeur de la liberté devra être aussi présent que notre courage, sans lequel la liberté n'est rien, aussi présent que nous devons l'être pour défendre ce qui est consubstantiel à notre démocratie.

Repost 0
Published by Samuel CEBE - dans International
commenter cet article