Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 11:43

 

20073105monopoly.jpg 

La chambre régionale des comptes qui a examiné les procédures d'achat public de la ville de Lavaur, a rendu un certain nombre de conclusions.

 

Elle a notamment relevé le recours, à plusieurs reprises, par la commune à la procédure du marché négocié après constat d'infructuosité d'un appel d'offres ouvert.

 

La Chambre régionale des comptes indique que : « cela a permis de s'abstraire d'une dévolution pleinement concurrentielle de certains marchés. »

 

« Cette situation constitue une anomalie dès lors qu'elle paraît résulter d'une estimation irréaliste du maître d'ouvrage, liée à l'insuffisance des études préalables et de l'analyse des besoins. La passation d'avenants bouleversant l'économie des marchés initiaux ou conduisant à la modification de leur objet peut être liée au même constat. »

 

Les arguments avancés par la commune pour justifier ces anomalies n'ont pas convaincu la chambre qui rappelle les risques de contentieux auxquels s'expose de la sorte la collectivité.

 

Il s’agit sans doute de l’application du patriotisme économique chère à Monsieur CARAYON…

Partager cet article

Repost0
21 février 2011 1 21 /02 /février /2011 11:02

Signez la pétition en ligne :

http://www.petitionpublique.fr/?pi=P2011N7035

 

POUR

 

L’ANNULATION DE

 

L’EMPRUNT DE

 

17 MILLIONS

 

 D’EUROS

Habitant(e)s de la ville de Castres, nous tenons à exprimer l’indignation qui est la notre devant la décision de M. Bugis d’emprunter 17 Millions d’euros qui engage les castrais jusqu’en 2043…

 

Dans le contexte de crise économique et sociale que nous connaissons, la réalisation d’un tel emprunt qui se fait dans le dos et sur les dos des contribuables, constitue un scandale sans nom.

 

Surtout, cette décision solitaire, prise dans le plus grand mépris de la population, n’a pas fait l’objet du moindre examen par le conseil municipal et ne respecte manifestement pas la loi en vigueur.

 

Ni l’intérêt du bien public ni celui du contribuable n’ont été pris en considération dans l’élaboration d’une telle décision.

 

C’est la raison pour laquelle nous sommes solidaires de la démarche de saisie, au nom des castraises et des castrais, du Tribunal Administratif afin de lui demander l’annulation de cette décision, pour excès de pouvoir.

 

Désormais, Monsieur Bugis doit rendre des comptes devant le juge. Il doit aussi rendre des comptes devant les castraises et les castrais.

 

Aussi, nous nous joignons à l’appel lancé par Samuel CEBE qui invite Monsieur BUGIS à prendre ses responsabilités et à annuler sa décision d’emprunter 17 Millions d’euros.

 

 

Partager cet article

Repost0
16 février 2011 3 16 /02 /février /2011 11:19

201010011538_w350.jpg

Photo publiée le 01/10/2010 10:56 | LaDepeche.fr

 

C’était le 26 octobre 2010, en pleine contestation de la réforme des retraites, une action sociale a été menée à Castres par quelque 200 personnes qui ont manifesté dans le hall d'embarquement puis sur le tarmac de l’aéroport de Castres Mazamet.

 

Trois mois après ces événements, Philippe FOURNIER, l’un des syndicalistes présents à la manifestation, a été convoqué par la gendarmerie de Vielmur. Une plainte a en effet été déposée par les gestionnaires du site aéroportuaire et une enquête est diligentée sous la férule de la brigade de Labruguière.

Aujourd’hui un autre militant est convoqué au commissariat de Castres en ce mercredi 16 février.

Cette situation n’est pas acceptable.

Il ne fait aucun doute que la production d’une telle enquête est de nature à mettre en cause le droit de manifester.

 

Surtout, la rétroactivité  de l’instruction qui intervient 3 mois après les faits, ne me semble pas être inspirée par une quelconque volonté de « sauvegarde » du site aéroportuaire, le mouvement social ayant pris fin depuis de nombreuses semaines…

 

C’est la raison pour laquelle, je persiste à demander à Monsieur MAUREL, Président de la CCI du Tarn, de retirer aujourd’hui sa plainte contre X.

Dans cette attente, soyons nombreux, à l’appel des organisations syndicales et en solidarité avec nos camarades, lors du rassemblement citoyen :

 

 

Ce mercredi 16 février

à 16 h 30

devant l’hôtel de police de Castres

 

 

Partager cet article

Repost0
31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 08:17

C’était le 26 octobre 2010, en pleine contestation de la réforme des retraites, une action sociale a été menée à Castres par quelque 200 personnes qui ont manifesté dans le hall d'embarquement puis sur le tarmac de l’aéroport de Castres Mazamet.

 

Trois mois après ces événements, Philippe FOURNIER, l’un des syndicalistes présents à la manifestation, a été convoqué par la gendarmerie de Vielmur. Une plainte a en effet été déposée par les gestionnaires du site aéroportuaire et une enquête est diligentée sous la férule de la brigade de Labruguière.

 

Le Président de la CCI, Michel MAUREL, explique ce dépôt de plainte en indiquant que : « Il s'agit d'une plainte contre X pour, intrusion dans une zone réglementée, dégradation de clôtures, et mise en danger d'eux-mêmes et autrui par violation des règles de sécurité. Je me devais en tant qu'exploitant de signifier cette intrusion. La plainte a été déposée dès le lendemain des faits. Je ne fais que signifier ce qui s'est passé ; personne en particulier n'est visé. C'est à l'enquête à déterminer les responsabilités. Ils étaient à moins de 5 m de l'aile de l'avion et des carburants… ». (La Dépêche du Midi du 26/01/2011).

 

M. MAUREL a déposé plainte au lendemain de la manifestation afin de « conjurer la répétition des faits » mais manifestement la nouvelle Procureur de la République a, plusieurs mois après, souhaité donner suite à l’affaire.

Eu égard aux faits mineurs invoqués, il ne fait aucun doute que la production d’une telle enquête est de nature à mettre en cause le droit de manifester.

 

Surtout, la rétroactivité  de l’instruction qui intervient 3 mois après les faits, ne me semble pas être inspirée par une quelconque volonté de « sauvegarde » du site aéroportuaire, le mouvement social ayant pris fin depuis de nombreuses semaines…

 

C’est la raison pour laquelle, je pense que Monsieur MAUREL, Président de la CCI du Tarn, serait bien inspiré de retirer aujourd’hui sa plainte contre X.

Partager cet article

Repost0
16 janvier 2011 7 16 /01 /janvier /2011 20:37

Dans la vie politique, il y a un temps pour tout. Le temps du projet, le temps de l’élection, le temps de l’expression et de la délibération en séance et celui des inaugurations et commémorations.

Je pense que chacun de ces temps politiques mérite le respect. C’est la raison pour laquelle j’ai choisi, le 6 janvier dernier, d’être présent sur l’estrade avec les autres conseillers municipaux de la ville.

 

Lors de ses vœux à la population castraise, M. BUGIS a manifesté une nouvelle fois son goût prononcé pour la mise en scène. Souvent au détriment de la mise en œuvre de politiques pourtant utiles à notre ville.

 

L’ouverture prochaine de l’hôpital du Pays d’Autan qui constitue indubitablement la seule véritable bonne nouvelle pour notre bassin de vie de Castres-Mazamet, est rendue possible aujourd’hui eu égard à la volonté politique d’Arnaud MANDEMENT, ancien Maire de Castres.

La rénovation annoncée de quelques logements sociaux sur le quartier de Lameilhé intervient au bout de 10 longues années d’inaction en matière de logement social sur la ville de Castres.

 

Pour le reste, force est de constater que la mise en place d’une Convention d’un Crédit Long Terme Multi-index d’un montant de 17 000 000 €ainsi que la création et mise en œuvre d’un dispositif de vidéo surveillance urbaine pour un montant de  949 875 €, sont des décisions qui engagent lourdement les castrais, à l’insu de leur plein gré…

 

Aussi, devant cette confiscation de la délibération collective, cette privatisation du débat public et ce mépris de la diversité politique, il me semble impérieux que les castraises et les castrais soucieux de l’intérêt général, rassemblent leurs forces et expriment leur attachement à l’exercice élémentaire de la démocratie locale et aux valeurs qui fondent la République.

Partager cet article

Repost0
16 janvier 2011 7 16 /01 /janvier /2011 20:35

Le recensement de l’INSEE au 1er janvier 2011, vient de montrer que le Tarn compte officiellement 383.585 habitants, soit un peu plus de 2.000 tarnais supplémentaires par rapport à la population recensée il y a un an.

Et c’est dans ce contexte que, contrairement aux démentis réguliers de M. BUGIS, et alors que la ville d’Albi voit sa population se stabiliser avec 51.275 habitants, Castres redescend sous la barre des 45.000 habitants avec une population au 1er janvier 2011 de 44.642 Castrais soit environ 400 de moins que le nombre donné un an plus tôt.

Une preuve supplémentaire de la défaillance de la politique actuellement en vigueur dans notre ville où l’accent est mis sur la « tranquilité publique » alors même que les politiques volontaristes en faveur de l’attractivité de Castres, ne sont pas encore nées.

Partager cet article

Repost0
16 janvier 2011 7 16 /01 /janvier /2011 20:33

Aux premières lueurs de cette année 2011, je formule le vœu que la qualité de vie de chacune et de chacun d’entre nous s’améliore.

Il est toujours possible de produire une action juste, équilibrée et durable au service de tous.

 

En ce sens, le temps des conquêtes qui s’ouvre cette année, devant nous, devra permettre, en 2012, de résilier la politique de Monsieur SARKOZY qui inflige de graves désagréments dans la vie quotidienne de nos concitoyens.

 

La droite pourfend en effet les fondements même de l’Etat providence (éducation, services publics, solidarité, fonctionnaires, …) dans le plus grand mépris des plus humbles et des besoins pourtant vitaux de notre pays.

L’Etat d’aujourd’hui dépossède notre communauté nationale de son lien consubstantiel entre les membres et les territoires qui la composent.

Comment ne pas, en effet, s’indigner devant l’ordonnance de la décomposition active de ce qui fonde la République ?

Sous l’inspiration d’une droite dont toute action est en-soi une réaction, la cohésion sociale et territoriale s’abandonne, la République se recentralise, la séparation des pouvoirs se méprise, les acquis sociaux se perdent, la laicité se relativise, la reproduction des inégalités s’accélère…

Devant ce constat, il appartient plus que jamais aux femmes et aux hommes de progrès, de préparer, dès maintenant, l’alternance politique : le seul espoir véritable de changement.

 

Cette volonté se poursuit, dans une démarche collective de transformation sociale, dans la fidélité aux valeurs de la République, dans l’unité et dans l’action diligente.

 

 

Partager cet article

Repost0